Bibliothèques et discothèques municipales (BM)


Identification

Type d'entité Collectivité

Forme(s) autorisée(s) du nom Bibliothèques et discothèques municipales (BM)

Autre(s) forme(s) du nom Bibliothèques municipales (1941-2000)

Bibliothèques circulantes (1843-1940)

Bibliothèque moderne (1931-1940)


Description

Dates d'existence 1843-

Histoire Appartenant à "un réseau de lecture publique[...], les Bibliothèques municipales (BM) tissent leur toile depuis plusieurs décennies pour faciliter l'accès à l'écrit et à la culture. Jeunes et adultes bénéficient ainsi d'un vaste choix de livres, de périodiques, de disques compacts, de vidéocassettes ou de DVD pour s'instruire, s'informer ou se divertir dans les sept bibliothèques dispersées dans plusieurs quartiers genevois. Aujourd'hui, les Bibliothèques municipales comptent plus de 130'000 adhérents qui y effectuent un million et demi d'emprunts par année. Plus encore, ils peuvent profiter des fonds des bibliothèques d'Annemasse, Gex, Nyon et Thonon-les-Bains en raison des conventions d'accès réciproques signées par les différentes municipalités. Ces conventions s'inscrivent dans une volonté de mise en réseau qui date du milieu du siècle dernier." (Tiré du site internet du Département municipal des affaires culturelles)

En 1843, la Bibliothèque circulante de la Ville de Genève est crée. Elle se situe dans le bâtiment du Collège Calvin, qu'elle partage avec la Bibliothèque publique (future BPU). La collection se constitue de 5'000 ouvrages et le prêt est gratuit, le terme "circulant" signifie que les les livres peuvent être emrpunté à domicile. Les deux bibliothèques sont transférées dans les locaux actuels de la BPU, aux Bastions, en 1872. La Bibliothèque circulante a beaucoup de succès et la décision est prise de créer une succursale sur la rive droite. Ce projet a été proposé par le conseiller municipal M. Bonneton et soutenu par le conseiller administratif M. Rivoire. Cette succursale ouvre ses portes en 1880 à la rue de Berne et est transférée la même année à la rue des Alpes. Du fait de son succès toujours grandissant, la Bibliothèque circulante de la rive gauche obtient ses propres locaux en 1886 et se sépare de la BPU. En 1924, La Bibliothèque circulante s'établit dans une école désaffectée à la Place de la Madeleine. Eugène Dujardin est nommé à la direction. C'est en 1928 qu' André Oltramare, ancien chef du Département de l'instruction publique, suite à un voyage en Angleterre, décide de recourir aux autorités afin qu'un service semblable aux bibliothèques municipales anglaises soit créé à Genève. Lors de la séance du 11 février 1930, la "proposition du Conseil administratif concernant la création de la bibliothèque populaire moderne " est déposée au Conseil administratif. Le 11 mars, le projet d'arrêté est accepté. Un des arguments en sa faveur est que "la BPU répond aux attentes d'un public érudit et que les services circulants offrent de la littérature divertissante. Toutefois, le grand public n'a pas accès à des ouvrages de vulgarisation." La Bibliothèque moderne est inaugurée en 1931, à la Madeleine; 4'000 ouvrages sont mis à disposition du public. C'est la première bibliothèque de Suisse qui propose la gratuité des services, le libre accès aux rayons et le libre choix des ouvrages à ses usagers. Les résultats ne se font pas attendre, avec plus de 1'000 inscriptions en trois semaines et 1'146 ouvrages prêtés. Cette année-là, la fusion des quatre communes urbaines (Eaux-Vives, Genève, Petit-Saconnex, Plainpalais) rattacha à la direction des Bibliothèques circulantes, les bibliothèques du Petit-Saconnex (succursale des Asters et des Crêts) et de Plainpalais (succursale de la rue de Carouge). En 1933, la première section des jeunes est ouverte à la Madeleine. Le départ à la retraite de Eugène Dujardin, directeur des Bibliothèques circulantes, en 1941, provoque la fusion de la Bibliothèque moderne avec les services circulants. Ce nouveau service prend le nom de Bibliothèques municipales (BM) et sa direction est confiée à Hélène Rivier. Les succursales des bibliothèques circulantes seront progressivement organisées selon le modèle instauré à la Bibliothèque moderne.

En 1949, on crée la Bibliothèque des malades à l'Hopital cantonal qui est gérée par les Bibliothèques municipales. Le prêt est très vite étendu au personnel. Les BM gèrent également la Bibliothèque de la prison de Saint-Antoine depuis 1951. La bibliothèque de l'Hopital cantonal est étendue à la clinique psychiatrique de Bel-Air en 1959. Les Bibliothèques municipales organisent en 1976 un service de prêt à domicile pour les personnes âgées ayant de la peine à se déplacer et pour les handicapés. La bibliothèque de Saint-Antoine est transférée dans la nouvelle prison de Champ-Dollon en 1977. Les bibliothèques des Hôpitaux universitaires de Genève sont gérées par les BM jusqu'en 1997.

Afin que tous les habitants des communes genevoises et des nouveaux quartiers aient accès à la lecture, le projet d'un bibliobus est lancé. En effet, ce bus est une bibliothèque mobile qui dessert ces régions périphériques. Le premier est mis en service en 1962, 2'600 livres sont à disposition des usagers. Un deuxième bibliobus est mis en service en 1968; en 2005, ils sont cinq.

Une convention est signée entre l'Etat et la Ville de Genève en 1963, elle atteste que la Ville prend en charge la gestion des bibliothèques scolaires primaires. En 1981, le service des bibliothèques scolaires est repris par le Département de l'Instruction publique. A titre indicatif, plus de 1'000 classes du canton empruntaient annuellement 200'000 livres.

Un Centre de documentation d'éducation physique et de sport (CEDEPS) est crée, en 1974, Il est financé conjointement pas le Département de l'instruction publique, l'université et la Ville de Genève. En 1991, le CEDEPS est rattaché aux BM, il se situe dans le Parc des Eaux-Vives dans la Villa Plonjon.

La première discothèque municipale est inaugurée en 1979, elle remporte un tel succès qu'en 1980 déjà, elle manque de place pour accueillir les usagers. Une deuxième discothèque sera ouverte en 1985 à la cité Vieusseux. En 1995, un abonnement à tarif unique pour l'emprunt multimédia (médiathèque et discothèques) est introduit. En 2002 la discothèque de Vieusseux est agrandie.

Au milieu des années quatre-vingts, commence une réflexion sur l'informatisation du travail en bibliothèque, en 1987 la bibliothèque de la Madeleine est équipée du système informatique ALS SC-88. La succursale des Eaux-Vives ouvre en 1990, c'est la première bibliothèque de la Ville de Genève entièrement informatisée.

Après soixante ans d'activités, le 25 mars 1991, la bibliothèque de la Madeleine ferme ses portes et est transférée dans un nouveau bâtiment, à la Cité. En effet un habitant sur trois est inscrit aux BM et des locaux plus grands et mieux adaptés deviennent nécessaires. La décision prise par le conseil municipal de construire une nouvelle bibliothèque centrale démontre une volonté, de la part des autorités, de suivre l'évolution de la société et ainsi de répondre aux attentes des usagers en leur proposant un service de qualité sans cesse renouvelé. En automne la médiathèque de la bibliothèque de la Cité est opérationnelle. Elle offre une importante collection de cassettes audio, de cassettes vidéo et de diapositives.

Les statistiques placent les Municipales de Genève en tête des bibliothèques de lecture publique suisses en 1958. En 1977, les BM optent pour la méthode de classification décimale de Dewey. Le 18 octobre 1992, une convention entre les Villes d'Annemasse et de Genève est signée. Elle permet à leurs habitants d'avoir accès au réseau des bibliothèques de l'autre ville. Les BM participent pour la première année à la "Fureur de lire".

Zones géographiques Bibliothèque de la Cité, place des Trois-Perdrix 5

Bibliothèque de la Servette, rue Veyrassat 9

Bibliothèque des Pâquis, rue du Môle 17

Bibliothèque de la Jonction, boulevard Carl-Vogt 22

Bibliothèque des Eaux-Vives, rue Sillem 2

Bibliothèque de Saint-Jean, avenue des tilleuls 19

Bibliothèque des sports, chemin du Plonjon 4

Bibliothèque des Minoteries, parc des Minoteries 3-5

Discothèque des Minoteries, parc des Minoteries 5-7

Discothèque de Vieusseux, cité Vieusseux 2

Bibliobus, avenue de Châtelaine 43

Bibliothèque de la prison, Champ-Dollon

Statut juridique Organe administratif public

Fonctions et activités Les différentes missions des BM sont "directement" influencées par la politique du Département des affaires culturelles et du conseiller administratif en charge. Les BM sont "un outil culturel essentiel" dans la "politique de démocratisation de la culture", "elles assurent une triple fonction d'information, de formation et de divertissement. Elles doivent donc offrir le choix le plus large possible de livres, de périodiques, de CD, de vidéos, de logiciels et de tout autre document".

A sa création, la Bibliothèque moderne devait se différencier de la Bibliothèque Publique et des bibliothèques circulantes par ses ouvrages qui se voulaient être de vulgarisation scientifique. "Les bibliothèques circulantes actuelles ont surtout un matériel de distraction (romans, relations de voyages, etc.) La Bibliothèque Publique est destinée à un public déjà spécialisé. Une institution intermédiare telle que l'envisage M. le Vice-Président (M. Pons) serait donc très utile." En effet à la fin des année 1920, sur une initiative de M. Oltramare, M. Pons a décidé d'examiner la possibilité d'une réorganisation des Bibliothèques circulantes. M. Oltramare voulait, entre autres, favoriser l'éducation "post-scolaire" qui, à cette époque, est insuffisante à Genève.

La Bibliothèque moderne est en fait une bibliothèque de transition dont le but est de moderniser le système en vigueur, c'est à dire les Bibliothèques circulantes, en introduisant des ouvrages de vulgarisation scientifique. Le stock de livres est en effet constitué essentiellement de livres traitant des sciences pures et appliquées, des beaux-arts, de l'histoire, de voyages, de biographie, etc; seuls 400 romans trouvent leur place sur les rayonnages, du fait de la proximité de la Bibliothèque circulante. Durant quatre ans la Bibliothèque moderne doit trouver son public et montrer que le système choisi a un potentiel. Ce nouveau mode de fonctionnement, inspiré par le modèle anglais, a été mis en place, entre autre, par Hélène Rivier directrice de la Bibliothèque moderne.

La mission principale des bibliothèque et discothèques municipales est la mise à disposition de ses collections au public le plus large. Pour cela les BM se doivent d'approvisionner leurs collections, les entretenir, les mettre à jour suivant l'évolution de l'information et de ses supports. Pour promouvoir leurs collections les BM organisent et participent à diverses manifestations (expositions, conférences, lectures, Fureur de lire, prix littéraires, etc.) Les BM ont aussi un rôle de lien entre le public et la collection : les collaborateurs renseignent et orientent le public dans ses recherches, en les formant par exemple au maniement des catalogues en ligne.

Les BM tiennent un rôle important dans la formation des leurs collaborateurs (présents et à venir). Elles collaborent avec les divers instituts formateurs (HES,...), forment des apprentis AID, des stagiaires et diplômants HES, sans oublier la formation continue de leurs propres collaborateurs.

Sur le plan social, les BM tendent à intégrer les personnes âgées dans leur publique grâce à des livres en gros caractère, différentes activités leur sont consacrées. Les BM participent également à la vie carcérale des détenus de la prison de Champ-Dollon grâce à la bibliothèque de la prison.

Organisation interne La Bibliothèque circulante a changé plusieurs fois de dicastère. En effet, de celui dédié à l'éducation elle passe à celui des finances en 1870 pour arriver au début du XXème siècle à celui dédié à la culture.

Les Bibliothèques et Discothèques municipales sont rattachées au Département des affaires culturelles, Division des Bibliothèques. Isabelle Ruepp est la directrice des BM depuis 1993. Au 31 décembre 2005, les BM comptaient 155 collaborateurs fixes et 10 collaborateurs réguliers pour un total de 109,8 postes. L'administration des BM est divisée en 6 services :

- L'administration (secrétariat, comptabillité, gestion du personnel, ...)

- Le services des systèmes d'information (informatique, statistiques et enquêtes)

- Les services techniques (entretien des supports, équipement, rangement, entretien des locaux, sécurité)

- Les services scientifiques (gestion des collections, sélection, acquisition, bibliographie)

- Le service des animations (information, promotion, exposition) et les services aux publics (accès aux bibliothèques, discothèques,...)

En 1936, la Bibliothèque moderne, l'ancêtre des Bibliothèques municipales, comptait une directrice, qui travaillait à 100%, une assistante et un surveillant, qui travaillaient à 50%.

En 1962, la Bibliothèque de la Servette remplace celle des Asters. La Bibliothèque des Minoteries ouvre ses portes en 1977. Au mois de mai 1981, la bibliothèque de la rue des Alpes est remplacée par la bibliothèque des Pâquis, à la rue du Môle. En été 1997, cette dernière est ravagée par un incendie, elle doit être totalement rénovée. La bibliothèque de Saint-Jean ouvre ses portes en 2001. Elle est construite sur la voie couverte des CFF, à l'avenue des Tilleuls. Les livres de la bibliothèque des jeunes de Saint-Jean y sont transférés. Les Bibliothèques municipales comptent, actuellement, sept succursales, la bibliothèque des sports, deux discothèques, cinq bibliobus et la bibliothèque de la prison.

Cinq directeurs se sont succédés à la direction des BM, soit Hélène Rivier (1941), Janine Brunet (1966), Roberte Pipy (1976), Alain Jacquesson (1988) et Isabelle Ruepp (1993).



Contrôle de la description

Code d'identification CH.AVG.330ISAAR

Code d'identification du service CH-001140-3 Archives de la Ville de Genève

Règles ou conventions Notice établie conformément à la norme internationale sur les notices d"autorité utilisées pour les archives relatives aux collectivités, aux personnes ou aux familles (2e édition, 2004) (ISAAR(CPF))

Forme autorisée du nom établie par les Archives de la Ville (AVG)

Statut (Niveau d'élaboration) Notice publiée

Etat de la notice Notice nouvelle

Niveau de détail Notice d'autorité complète

Date de création, de révision ou de destruction Mars 2006. Création : Marie Bertinat et Naya Wenker

Langue et écriture Français (Suisse)

Sources Joëlle Meziani, La place des bibliothèques municipales dans le paysage culturel genevois, travail de mémoire pour la faculté des sciences économiques et sociales des l'université de Genève, 2003. BPU : VF 398

http://www.ville-ge.ch/culture/administration/organisation.html, consulté le 29 mars 2006

Nathalie Brönniman, La création des sections jeunesse dans les bibliothèques municipales de la Ville de Genève (1930-1950), travail de mémoire du CESID, Genève, 2005, AVG: B 2551

Alain Jaquesson, Repères chronologiques de la lecture publique en Ville de Genève, 1993. AVG : B 2591

Fonds du Conseil administratif, séries : Actes et conventions, Dossiers. AVG: 03.AC.3595; 03.AC.2930; 03.PV.88; 03.DOS.155

Hélène Rivier, La Bibliothèque moderne de Genève, ses fonctions, son public, in: Publications de l'Association des bibliothécaires suisses ; 16, Berne, 1937. BPU : AA 1383/16


Ressource(s) documentaire(s)


Ressource documentaire 1


Identification Bibliothèques municipales
Cote : CH AVG 330

Type de ressource associée Fonds d'archives

Nature de la relation Producteur

Dates des ressources associées 1922-2013